Selon le ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, Le Maroc figure dans le TOP 10 du continent africain en matière de développement du digital.

Cette annonce s’est faite à Paris, lors d’un side event organisé par la délégation marocaine dans le cadre du Salon. La grand-messe de l’innovation digitale dans le monde. En effet, le Royaume dispose d’une véritable stratégie digitale, a indiqué le ministre.

En outre, ce dernier a mis en avant les atouts du Maroc en tant que porte d’innovation pour l’Afrique digitale. Pour ceci, citant entre autres :

  • la position géographique stratégique au carrefour entre les différents continents,
  • les accords de libre-échange signés avec près de soixante de pays,
  • les infrastructures (aéroports, ports et autoroutes) de qualité

Soulignant que le Royaume est la destination africaine privilégiée grâce à la vision de SM le Roi Mohammed VI relative à ce continent.

Initié sous le thème Le Maroc : une porte d’innovation vers l’Afrique digitale. Ce side event a été marqué par l’organisation d’une table ronde sur le développement de l’économie numérique au Maroc.

digital maroc top 10 africain

Pour sa part, Mohamed Laklalech, Chief Digital Officer à l’OCP a passé en revue l’expérience d’open innovation de l’office avec une dimension africaine, mettant l’accent sur le rôle de la digitalisation dans le secteur industriel. Il s’est arrêté sur le rôle de l’OCP qui accorde une importance particulière à l’innovation au développement d’un écosystème d’innovation digitale au Maroc et en Afrique.

Moulay HAfid Elalamy trace la feuille de route du digital au Maroc

A cette occasion, la présidente de la fédération des technologies d’information (APEBI), Saloua Karkri-Belkeziz, a évoqué l’écosystème Startup au Maroc comme un environnement propice pour encourager l’innovation nationale et africaine. Elle a présenté l’action de la fédération sur l’Afrique et sa collaboration avec les startups. Ceci est grâce à une stratégie axée en particulier sur la formation pour l’employabilité.

Le ministre a aussi relevé que l’écosystème startup est en phase de maturité. Il a aussi rappelé la création récemment de l’Agence du développement digital (ADD) qui vise notamment à accompagner les startupers. M. Elalamy a sur un autre registre insisté sur l’importance de participer au salon Viva Tech. Pour lui, il constitue une formidable plateforme de rencontre et d’échanges entre startupers.

Le Directeur général de la Caisse centrale de garantie Hicham Serghini, a exposé les mécanismes de financement de startups. Il a souligné que plusieurs acteurs s’impliquent dont les sociétés d’amorçage et de capital-risque.

Le Salon Viva Tech connaît la participation de milliers de startups de nombreux pays dont 16 en provenance du Royaume. Il met cette année à l’honneur les startups africaines dont une centaine sont présentes, avec une représentation officielle de plusieurs pays comme le Maroc, le Rwanda, l’Afrique du Sud, la Tunisie ou le Nigeria.

Co-organisée par le ministère de l’Industrie, de l’investissement, du commerce, et de l’économie numérique, l’Agence du développement du digital et l’Agence nationale de réglementation des Télécommunications, la participation marocaine, la première du genre, a pour objectifs de présenter l’écosystème tech marocain et de le positionner sur l’échiquier international de l’innovation technologique, auprès des investisseurs et grands donneurs d’ordres mondiaux.